Erreurs Emailing

Les 3 erreurs courantes qui pénalisent vos campagnes emailing

Malheureusement, nous sommes tous passés par là. Chacun d’entre nous a commis de grave erreurs dans la vie, dont certaines nous hantent encore jusqu’à maintenant. Mais souvent, les erreurs que nous commettons dans notre vie personnelle ne sont pas vues par tout le monde, contrairement aux erreurs dans une campagne d’emailing. Il est ici question de la différence entre quelques personnes qui sont au courant et quelques centaines de milliers.

Pour garder vos de campagnes d’email marketing sous contrôle et éviter les plus grands embarras, j’ai rassemblé les trois plus grandes erreurs que commettent les spécialistes des e-mails marketing, et comment vous pouvez y remédier !

1.  Mauvaises décisions suite à un test A/B

Honnêtement, qui n’aime pas passer un bon test A/B ? Vous vous sentez comme un savant fou au moment où vous appuyez sur « envoyer ». Cependant, obtenir des résultat non optimisés à la suite de mauvaises décisions prises après tests peut être désastreux.

Il s’agit de quelques erreurs de tests courantes qui peuvent nuire à vos résultats :

  • Taille d’échantillon trop petite : votre base de données doit être suffisamment large pour prouver que vous pouvez apporter un changement à toutes vos campagnes emailing sans nuire à leur performance. En règle générale, il faut  s’assurer d’avoir au moins 1 000 destinataires pour chaque test afin d’aboutir à une statistique pertinente. Cela signifie que j’attendrais d’avoir au moins 1 000 emails ouverts pour chaque email (contrôle et test) avant de déclarer un gagnant.

Mais que faire si vos emails n’atteignent jamais les 1 000 ouvertures ? Pour vous assurer que votre test peut atteindre une statistique pertinente, vous devez revenir aux chiffres lors de la sélection de la taille de votre échantillon. Examinez les taux d’ouverture moyens pour le segment que vous avez sélectionné et choisissez la taille de l’échantillon en fonction de la capacité à prédire au moins 1 000 ouvertures par email.

Aussi, effectuez deux ou trois tests pour confirmer que vous avez un vrai gagnant. D’après mon expérience, j’ai constaté à maintes reprises que le gagnant de la première fois peut perdre la deuxième fois.

  • Trop de variables : pour tout test A/B, l’une des choses les plus importante que vous devez faire est de normaliser votre environnement de test afin de minimiser les variables externes autant que possible.

Il est facile de vouloir tester plus d’une variable parce que vous pensez que plus vous testez une variable à la fois, plus grand sera l’impact que vous pouvez avoir, et plus vite vous pouvez optimiser vos emails.

Mais le problème est que vous ne connaissez pas les hausses ou diminutions incrémentielles de chaque variable. Même un décalage de 30 minutes entre votre email de contrôle et votre email de test peut changer radicalement les résultats.

Supposons que vous testiez trois variables à la fois dans un email : la copy, l’appel à l’action (CTA) et la bannière. Vous effectuez le test contre le contrôle avec un échantillon suffisamment grand pour voir la pertinence de la statistique, puis vous l’effectuez trois fois de plus pour le vérifier.

Lorsque vous constatez que le test bat le contrôle avec un taux d’ouverture de 10 % et un taux de clic à l’ouverture de 30 %, comment déterminez-vous avec certitude quel appel à l’action (CTA) et bannière fonctionnera le mieux à travers toutes vos autres campagnes ? Vous ne pouvez pas. Sans compter que lorsqu’il s’agit de votre image de bannière, si le destinataire a un panneau de prévisualisation, il peut voir l’e-mail avant le téléchargement des images, vos résultats seront significativement faussés.

2.  Liste de diffusion non mise à jour

Ne pas entretenir vos listes d’emails est une mauvaise stratégie. L’hygiène des listes d’email se résume au nettoyage et à l’entretien de tout ce qui entre dans votre base de données.

La plupart des emails entrent probablement dans votre base de données par le biais d’un processus d’opt-in. Dans un seul opt-in, un nouveau contact remplit un formulaire web et est automatiquement ajouté à votre liste d’abonnement. Pour un double opt-in, un nouveau contact remplit un formulaire web et un email de confirmation est déclenché avec un lien pour confirmer l’adresse email.

De nombreux spécialistes du marketing choisissent la méthode de l’opt-in unique, parce que vous êtes en mesure de recueillir plus de noms puisque les abonnés n’ont pas à passer plusieurs étapes.

Cependant, cela se fait au prix de mails erronés, ou des emails avec des erreurs de frappe, des taux de rejets plus élevés, une réputation d’expéditeur plus faible, moins d’engagement dans les e-mails, et finalement des noms moins qualifiés. Mais avec les bonnes pratiques en place, vous pouvez nettoyer votre base de données au fil du temps pour maintenir une liste d’emails saine.

Voici ce que vous devriez mettre en place avec une méthode d’opt-in unique :

  • Campagnes de gestion des rebonds flexibles : puisque vous n’avez pas confirmé que chaque nouvelle adresse email est 100 % valide, vous aurez des taux de rebonds plus élevés.

Les adresses e-mail rejetées sont généralement prises en charge par votre plateforme d’automatisation marketing ou votre fournisseur de services de messagerie, vous n’aurez donc pas à vous soucier de leur gestion. C’est le cas pour la plateforme emailing Ediware. Mais la suppression des adresses qui ne sont pas actives depuis un long moment peut être très bénéfique.

Vous pouvez lancer des campagnes de réactivation pour cibler les abonnés qui n’ont pas utilisé vos emails depuis six mois et plus, afin de déterminer qui veut encore entendre parler de vous, qui ne le veut pas (un désabonnement est beaucoup mieux que d’être marqué comme spam), et de nettoyer la liste de vos emails.

3.  Objets imprécis

La clarté vaut généralement plus que l’ingéniosité parce que les sujets clairs sont plus cohérents avec le corps de votre e-mail, ce qui explique les clics bruts plus élevés.

  • Pas d’astuces, pas d’incitation de clic dans les objets

Les objets de mails clairs reçoivent 5 fois plus de clics que les les objets astucieux.

Quelques exemples de sujets astucieux que j’ai vu sont : “Vous n’êtes pas seul », « Demande de devis » et « Votre demande d’information ».

Bien que les mails avec ces objets puissent être ouverts par curiosité par vos abonnés, il est plus probable qu’improbable que les liens qu’ils contiennent ne seront pas cliqués.

Bien que des sujets clairs puissent ne pas sembler aussi attrayants, ils fonctionnent très bien lorsque votre objectif est d’atteindre des taux de clics plus élevés.

Voici quelques sujets clairs que j’ai utilisés :

  • 5 objets de mails à essayer impérativement
  • Votre stratégie de communication gagnante
  • 4 étapes pour fidéliser le client

Avez-vous commis une grave erreur de marketing par email ? Partagez-la en commentaire et expliquez comment vous y avez remédié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *